DSCN5986

 

   

   

Nous sommes de cette errance, arrêt, dire en vers, nerfs

Pour quelque bonheur .... émis stellaire

Planer, glaner ces petits riens dans l’atmosphère.

   

   

Enivrée par tout ces mois de p’tits mots sincères

Que belle nuit d’été dévoilant, nos sens errent

Pour seoir que distance s’est teint de cœurs qui se blessent !

   

   

Tes chouchoutements, me déambulent dans l'apnée

D’erréalité quand je me colle erre d’innée,

A ton inconnu un instant reconnue et aimée

   

   

Je me beurre de ce leurre, une couche invisible

Qui par comble de rimes m’enfouies de sensibles

Gammes trouvées comme refuge de femme en cible.

   

   

Tes mots qui me roucoulent glissent ta bouche à mon cou,

S’éprend d'avance au bas d'un pourtour, d'une noue

Avoues colorier cet impossible amour

   

   

D’émaux emmurés, rien à voir contre un jour

Je désire tu devines, je dessine ton désir,

Et je ne lâche dans être, mais t'abandonne un sourire

   

   

Une musique interligne de rêves, sans délire

Sur ces pages si souvent relues que reliés

Nos numéros galopent juste au son du trop.    

         

                

Photos AN et texte erredetemps